Au Costa Rica, un caféiculteur s’engage sur la voie d’une croissance responsable

Avec le soutien d’un ingénieur agronome, un producteur pionnier redouble d’efforts pour rendre sa plantation de café plus durable.

vendredi, 8 mai 2020,
De Jack Neighbour
Au Costa Rica, un caféiculteur s’engage sur la voie d’une croissance responsable
Au Costa Rica, un caféiculteur s’engage sur la voie d’une croissance responsable

Découvrez les clés d'une caféiculture durable.

Photographie de Guillermo Trapeillo

Abritant près de 5 % de la biodiversité du monde, la république du Costa Rica est depuis longtemps saluée pour ses nombreuses réussites en matière de développement durable. Le pays est composé à environ 30 % de réserves naturelles protégées, préservant les forêts qui recouvrent plus de la moitié de son territoire. Ce n’est donc pas une coïncidence si le Costa Rica produit certains des meilleurs arabicas au monde : en effet, la protection des écosystèmes naturels va de pair avec la production d’un café d’exception.

Depuis l’arrivée des premiers caféiers dans la Vallée Centrale à la fin du XVIIIe siècle, les petites exploitations ont joué un rôle essentiel dans la production de café, cultivant une variété douce à l’acidité légère sur des parcelles dépassant rarement 5 hectares. Ces petites plantations traditionnelles sont souvent indissociables de leur environnement naturel à la flore colorée et débordant de vie. C’est grâce à leur maîtrise de cette harmonie naturelle que les caféiculteurs du Costa Rica produisent de délicieux grains. C’est aussi ce qui a poussé Luis Emilio à abandonner son travail de chauffeur de taxi pour revenir à la culture du café, suivant ainsi les traces de sa famille. 

Après avoir acheté son exploitation il y a 10 ans, Luis s’est passionné pour l’idée de cultiver un café haut de gamme tout en respectant la nature, en accord avec les préceptes de développement durable mis en avant dans tout le pays. En parcourant son terrain, on entre en communion avec la nature, jusqu’à oublier que l’on se trouve au beau milieu de caféiers taillés et nourris pour obtenir le meilleur rendement possible. Ici, la qualité est primordiale. Et pour la garantir, Luis a fait appel à Fernando Segura, ingénieur agronome chez Nespresso, qui est depuis devenu un ami proche en qui il peut avoir confiance. « Je suis ici pour transmettre à Luis tout ce que j’ai appris, mais c’est lui qui met tout en pratique. Nous formons une bonne équipe », poursuit Fernando, rayonnant. Ensemble, ils ont fait de l’exploitation de Luis un véritable modèle de circularité résistant aux effets du réchauffement climatique. Cultiver du café à l’ombre d’arbres protecteurs permet de nourrir le sol, car les feuilles qui tombent des branches se transforment en compost et apportent des nutriments à la terre. Ces arbres imposants servent également d’habitat aux oiseaux, qui régulent les populations d’insectes et assurent ainsi l’équilibre naturel de la faune dans la région.

L’approche durable de Fernando et Luis n’a pas seulement profité à la biodiversité, le producteur met également en pratique les conseils de Fernando pour gérer la partie administrative de son activité, avec des salaires décents et un suivi année après année de ses progrès.

La petite exploitation de Luis est un excellent exemple qui illustre la mise en œuvre d’une ferme durable bien intégrée à son écosystème naturel. Son partenariat avec le programme Nespresso AAA pour une Qualité Durable est également circulaire par nature, car les compétences et ressources que Luis a reçues lui ont permis d’atteindre ses objectifs en matière de développement durable. En retour, les experts engagés avec lui sur ce projet ont pu appliquer ce qu’ils ont appris dans d’autres régions caféicoles. Une situation gagnante pour tous. « Je suis ravi d’avoir travaillé avec Fernando et je le remercie infiniment », déclare Luis tout en admirant la vue époustouflante de sa plantation, « pour toute son aide. »

EN SAVOIR PLUS

Lire la suite