Chine : une forêt primaire découverte dans un gouffre de près de 200 mètres de profondeur

ENVIRONNEMENT

Comment aider les forêts à lutter contre le réchauffement climatique ?

Les forêts primaires d’Europe, épargnées au fil des siècles

LES + RÉCENTS

Ces quatre cités perdues étaient les joyaux de l'Afrique antique

lire la suite  
Fête du printemps
PHOTOGRAPHIE DE Michael S. Yamashita, Nat Geo Image Collection

DERNIÈRES VIDÉOS

3:25
Comprendre : les forêts humides
En écoute
Comprendre : les forêts humides
Animaux
Pourquoi le nid de cet oiseau marin se trouve-t-il à plus de 90 kilomètres de...
Animaux
Impressionnant combat entre deux foulques géantes
Animaux
Malgré sa petite taille, le gecko pygmée brésilien est un animal vital pour l...
Animaux
Souris carnivore contre scolopendre : combat mortel

NOTRE SÉLECTION

Adolescence : le cerveau en alerte rouge

Les plus beaux documentaires animaliers sur Disney+

LES + LUS

Qu'est-ce que le multivers ? Ce qu'en disent les scientifiques

Les chevaliers, super-héros du Moyen Âge

Disney+

LA DESTINATION STREAMING DE L’UNIVERS NATIONAL GEOGRAPHIC

REGARDER EN STREAMING*

*Voir conditions sur DisneyPlus.com

National Geographic Histoire et Civilisations
Mai 2022
Angkor, derniers secrets du joyau khmer
de National Geographic Histoire et Civilisations
Des nuages de mousson déversent leurs pluies sur le réservoir de Srah Srang.
PHOTOGRAPHIE DE Robert Clark&& National Geographic Creative

Angkor est à la fois une «musique sculptée», une «forêt de pierre», une «basilique fantôme […] ensevelie sous la forêt tropicale»… Pour l’archéologue Bernard Groslier, «il faut se représenter à la fois Versailles, la Concorde, le Louvre, la place des Vosges et toutes les plus belles cathédrales…» De fait, on ne peut pas comprendre le peuple khmer sans avoir contemplé cette merveille des merveilles, située près de Siem Reap, à 300 km de Phnom Penh, la capitale du Cambodge. Grâce au travail des archéologues et à l’aide des nouvelles technologies, Angkor continue de livrer ses secrets, mais aucun éclairage n’épuisera jamais le mystère foncier dans lequel baigne ce lieu magique.

De sa fondation au IXe siècle jusqu’à son déclin au XIVe siècle, Angkor fut la glorieuse capitale de l’Empire khmer. Cet immense site archéologique, immergé dans une nature belle et cruelle – et menacé, hélas, par la maladie de la pierre –, comprend des dizaines de temples captivants. Parmi eux, chef-d’œuvre absolu, Angkor Vat, temple-montagne entièrement dédié à Vishnou, dieu suprême de l’hindouisme…

À Angkor, en effet, tout vient de l’Inde, d’abord la religion brahmanique, et pourtant tout se transforme, tout devient khmer. Le bouddhisme, ensuite, subit aussi cette transmutation. Subsiste le «sourire khmer», sourire muet, sur des yeux clos, des visages de pierre. Sourire de compassion. Sourires plus légers, plus mutins des apsaras danseuses. Sourires de femmes, mi-courtisanes mi-prêtresses, qui rappellent certains de nos sourires d’anges : à l’autre bout du monde, à la même époque, fleurissait, sur la façade de la cathédrale, le «sourire de Reims».

L'existence des temples d'Angkor Vat situés à Siem Reap, au Cambodge, était inconnue jusqu'au 19e siècle en Occident.
PHOTOGRAPHIE DE Richard Norowitz, National Geographic Creative
S'abonner

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.